DIRECTIONATURE

  La santé, c'est dans ma nature...
Get Adobe Flash player

Anatomie 101

Saviez-vous que?


L’ail est un antibiotique naturel puissant, très efficace pour soigner certaines infections en plus de soulager les problèmes d’estomac et d’arthrite!
Le thé vert facilite la circulation sanguine, abaisse la tension artérielle, réduit le taux de mauvais cholestérol en plus de stimuler le cœur, prévenir les caries, le psoriasis et l’acné…
Les oméga-3 réduiraient les cas d’infarctus et d’AVC de 19% à 45%. Ce nutriment essentiel à la vie possède un effet protecteur réel contre les maladies cardio-vasculaires!
Non seulement le gingembre agrémente vos plats, il peut aider à réduire les nausées, les vomissements et le taux de cholestérol sanguin!

Qui est en ligne?

Nous avons 38 invités et aucun membre en ligne

Rate

Évaluer cet élément
(1 Vote)

La rate est le plus vaste des organes lymphoïdes. À peu près de la taille du cœur et située à gauche, sous l’estomac.  Elle contient aussi une réserve de sang d’environ 350 ml.  Spongieuse, elle mesure généralement 13 cm (5 po) de long et pèse près de 200 g (7 oz). Cependant, dans les cas pathologiques, son poids peut excéder 2 kg (4,4 lb) chez l’adulte. Examinée à l’œil nu, la rate ressemble à une capsule fibreuse entourant une masse de pulpe rouge sans trait particulier. On peut remarquer cependant de fines granulations appelées corpuscules de Malpighi : ces granulations sont, en réalité, des stocks de lymphocytes, c’est-à-dire de globules blancs de petite taille assurant la défense contre les microbes.
Irriguée par l’artère splénique, qui comme les autres artères, se ramifie en petites branches puis en fines artérioles, la rate n’en possède pas moins une circulation sanguine originale. Les artérioles de la rate sont en effet particulières, car elles sont enveloppées dans le tissu lymphoïde lorsqu’elles passent dans sa pulpe. De plus, au lieu de donner naissance à un réseau capillaire, ces artérioles débouchent directement dans la substance splénique.

Son rôle

Ce mécanisme particulier d’irrigation permet à la rate d’accomplir deux de ses fonctions principales : la production d’anticorps et des lymphocytes ainsi que l’élimination des détritus sanguins. Premièrement, le fait que les artérioles soient enveloppées de tissu lymphatique permet au système lymphoïde d’entrer directement en contact avec tout protéine anormale dans le sang et par conséquent, de s’en défendre en élaborant des anticorps. Deuxièmement, le sang, en circulant de façon directe dans la pulpe, permet aux cellules spécialisées de la rate, les cellules réticulaires, d’entrer étroitement en contact avec les déchets sanguins, qui doivent être évacués.
Tout comme les ganglions, la rate filtre le sang et génère des lymphocytes. Elle élimine les globules rouges usés (les globules rouges ont une espérance de vie d’environ 120 jours), en récupère le fer pour le recycler dans la production d’hémoglobine et réduit le reste des molécules à l’était de déchets. En cas de besoin – lorsque le système respiratoire manque d’oxygène, par exemple – elle peut se contracter et expulser sa réserve totale de sang riche en substances nutritives. Chez certains animaux, cette contraction s’effectue dans une situation de danger, ce qui, apparemment, n’est pas le cas chez l’homme.
Chez le sujet dont la moelle osseuse est déficiente, la rate joue aussi un rôle important dans la fabrication de nouvelles cellules sanguines, ce qu’elle ne fait pas chez l’adulte normal. Plus tôt dans la vie, son rôle de producteur de globules rouges est essentiel puisqu’elle assure une grande partie du sang fœtal lors de la gestation dans l’utérus.
Environ 10% des gens possèdent des « rates accessoires », qui sont plus souvent situées près de la rate primaire ou encore dans la queue du pancréas. En général, ces rates accessoires ne mesurent que 1 cm (3/8 po) de diamètre environ.

Une grande fragilité

Située au sommet du coin gauche de l’abdomen, juste au-dessous du diaphragme et le long de la dixième côte, la rate est dans une position relativement exposée. Importante par ses multiples fonctions (production et destruction de globules, filtration et réserve du sang), elle n’en reste pas moins irréparable lorsqu’elle est blessée. La rate est en effet si molle et si spongieuse, entourée d’une enveloppe si fine, qu’elle ne peut être suturée. Le plus souvent lésée lors de chocs graves entraînant la fracture des côtes, elle peut éclater et provoquer une grave hémorragie. L’ablation rapide de la rate, le splénectomie, est alors essentielle afin d’empêcher une perte excessive de sang qui entraînerait la mort. Privé de rate, le patient peut malgré tout survivre sans être incommodé, le rôle de l’organe étant assumé par d’autres parties du corps, en particulier la moelle osseuse.

Les maladies de la rate

Comme la rate n’entre jamais en contact avec l’extérieur et ne peut donc être affectée que par le sang circulant dans l’artère splénique ou encore, exceptionnellement, par le péritoine qui l’entoure, peu de maladies lui sont propres.
Les tumeurs, bénignes ou malignes, représentent les seuls vrais états pathologiques qui peuvent l’affecter. Parmi les premières, on reconnaît des angiomes, des kystes ou pseudo-kystes d’origine traumatique ou dégénérative. Parmi les secondes, se trouvent des sarcomes, qui prennent le nom de lymphocytomes parce qu’ils sont formés à partir des lymphocytes, ainsi que des splénomes, dérivés des grosses cellules macrophages de la rate et des réticulosarcomes.

Affections générales

Ces affections, nombreuses, couvrent à peu près tout l’éventail de la pathologie. Dans certains cas, l’affection de la rate ne représente qu’un élément d’une affection générale comme, par exemple, dans les cas de paludisme ou de fièvre typhoïde.
Le traitement vise donc à éliminer d’abord la maladie. Si la rate est touchée en premier ou de façon plus prononcée que les autres organes (cas d’augmentation de son volume), il faut alors orienter les examens à la fois sur la rate et sur le corps en général. L’hypertrophie de la rate peut être décelée au toucher à travers les parois de l’abdomen. Elle peut également être repérée grâce à une radiographie ou encore à l’aide d’un détecteur d’isotopes radioactifs.

Des fonctions encore mal expliquées

  • On ne connaît pas encore complètement le rôle de la rate. Bien qu’elle puisse se contracter et expulser ses réserves de sang dans l’organisme, son rôle de stockage paraît faisable chez l’homme adulte. La rate ne contient en effet pas plus de 2% de la masse globulaire totale du corps (de 30 à 40 ml/1 à 1,4 oz de globules rouges).
  • Véritable usine à lymphocytes et monocytes, elle fabrique également des anticorps.
  • D’autres études ont prouvé qu’elle servait de « cimetière » aux vieux globules rouges et que ce rôle pouvait possiblement s’étendre aux leucocytes âgés ainsi qu’aux plaquettes sanguines.
  • Berceau parce qu’elle fabrique des globules blancs, cimetière parce qu’elle détruit les vieux globules rouges, réservoir parce qu’elle entrepose les globules rouges et blancs, c’est la rate! La rate travaille toujours conjointement avec le foie.
  • L’augmentation des leucocytes et des plaquettes après son ablation est un phénomène encore mal compris, ce qui laisse entendre que la fonction de l’organe dans la formation des globules du sang reste en partie inexpliquée.